Biographie

 Son pays d’origine (1838 – 1876)

  • Naissance : 19 novembre 1838 à Ghyvelde en France;
  • Fils de Marie-Isabelle Bollengier et Pierre Janssoone, chrétiens fervents;
  • Il est baptisé sous les prénoms de Frédéric Cornil;
  • Pour aider les siens, il interrompt ses études en 1855. Il devient commis-voyageur jusqu’au décès de sa mère.
  • En 1864, il prend l’habit de l’Ordre des frères mineurs (les franciscains).
  • Il est ordonné prêtre à Bourges le 17 août 1870
  • Il exerce son ministère en tant qu’aumônier militaire puis participe à la fondation du couvent de Bordeaux
Famille de Frédéric Janssoone
Sa famille
Mère de Frédéric Janssoone
Sa mère
Frédéric Janssoone chez les Franciscains
Son entrée chez les Franciscains

Son séjour en Terre sainte (1876 – 1888)

  • Il est envoyé en Terre sainte où il œuvre à titre de vicaire custodial.
  • Le Père Frédéric se révèle un fin diplomate, un habile bâtisseur et un prédicateur exceptionnel.
  • Il rétablit l’usage du Chemin de croix sur la Via dolorosa à Jérusalem interrompu depuis 1621. Cette tradition se perpétue encore aujourd’hui.
  • Il fait construire à Bethléem l’église paroissiale de Sainte-Catherine, attenante à la basilique de la Nativité.
Via dolorosa à Jérusalem
Via dolorosa à Jérusalem
Jérusalem, entrée de la basilique du Saint-Sépulcre
Panorama de Jérusalem, entrée de la basilique du Saint-Sépulcre
Basilique du Saint-Sépulcre et de la Résurrection
Basilique du Saint-Sépulcre et de la Résurrection

Son pays d’adoption, le Canada (1888 – 1916)

  •  Il effectue son premier voyage au Canada en 1881 pour solliciter l’aide des Canadiens pour la Terre sainte.
  • Il s’établit à Trois-Rivières en 1888.
  • Il fonde le Commissariat de Terre sainte au Canada et le dirige pendant 28 ans.
  • Excellent prédicateur, il anime des pèlerinages à Sainte-Anne-de-Beaupré,
    au sanctuaire de la Réparation à Pointe-aux-Trembles et à l’Oratoire Saint-Joseph où il se lie d’amitié avec le Saint Frère André.
  • Marcheur infatigable, il parcourt les paroisses pour prêcher la parole de Dieu.
  • Alors que la conquête anglaise avait supprimé l’Ordre des franciscains (les récollets) au Canada, cet Ordre reprend vie avec l’arrivée du père Frédéric.
Saint-Frère André et le bienheureux Père Frédéric
Saint-Frère André et le bienheureux Père Frédéric
Premier Commissariat de Terre sainte à Trois-Rivières
Premier Commissariat de Terre sainte à Trois-Rivières

Son œuvre au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap

Le père Frédéric participe à l’inauguration du Sanctuaire du Cap le 22 juin 1888. Il est l’un des trois témoins du « Prodige des yeux ». Il est directeur des pèlerinages au Sanctuaire du Cap pendant 14 ans où il attire un très grand nombre de pèlerins. Il recommande que les Oblats de Marie Immaculée deviennent les gardiens du Sanctuaire.

Sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap
Sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap
Père Frédéric, l’un des témoins du « Prodige des yeux »
Le Père Frédéric, l’un des témoins du « Prodige des yeux » le 22 juin 1888.

Les chemins de croix

Le Père Frédéric fait ériger trois chemins de croix dont les stations reproduisent les distances de celui de Jérusalem.

  • Au Sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières – 1896
  • Au Sanctuaire de la Réparation à Pointe-aux-Trembles, près de Montréal
  • Au calvaire de Saint-Élie-de-Caxton, en Mauricie – 1895
Chemin de croix au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap
Chemin de croix au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap
Chemin de croix du Sanctuaire de la Réparation
Chemin de croix du Sanctuaire de la Réparation
Chemin de croix à Saint-Élie-de-Caxton
Chemin de croix à Saint-Élie-de-Caxton

L’homme

Tombeau Père Frédéric
Père Frédéric
  • L’homme est joyeux et plein d’humour.
  • Il possède de nombreux champs d’intérêt allant de la théologie à la pastorale, en passant par l’histoire, la géographie, l’astronomie, la botanique, la peinture, l’architecture et l’archéologie.
  • Apôtre infatigable, son amour des gens et de la prédication, sa bonté, son austérité de vie, son extrême pauvreté, sa patience et sa sérénité dans les épreuves l’ont fait comparer à un nouveau François d’Assise.
  • Il meurt le 4 août 1916 à l’âge de 77 ans.
  • Son corps repose dans la chapelle Saint-Antoine à Trois-Rivières.